Dimanche 1er mai

Paris

Journée pari­sienne chargée en vio­lences poli­cière, tant pen­dant le cor­tège, qui est à plu­sieurs reprises attaqué par les flics, qu’en soirée contre le ras­sem­ble­ment de Nuit debout place de la répu­blique…

La « mamie » mani­fes­tante blessée à la tête. Voir sur Face­book le témoi­gnage de Gaellic, le pho­to­graphe, sur ce couple de per­sonnes âgées pris dans la nasse du bou­le­vard Diderot.

Pen­dant la mani­fes­ta­tion un petit gazage intensif et les matraques téles­co­piques prêtes à l’emploi… Source : Alain Jocard.

Mani­fes­tant frappé à terre par la BAC à Nation. Source : Télé­rama.

Les gardes mobiles tirent des gre­nades de désen­ser­ce­le­ment sur les jour­na­listes et sur le cor­tège.

Photo prise par Auré­lien Mor­ri­sard juste après que Fab Enero reçoive le pro­jec­tile de bombe de désen­cer­cle­ment ! 1er mai Pari­sien marqué sous le signe des cas­seurs d’œil de l’état ! Des poli­ciers, CRS ultra voilent avec les mani­fes­tants ! Au moment de la bles­sure de Fab, c’est par dizaines qu’elles étaient envoyées. Source : Greg Loo­ping – Face­book

En fin de soirée, la police a poussée et gazée des mani​fes​tant​.es de Nuit Debout dans les esca­liers du métro. Plu­sieurs dizaines de per­sonnes asphyxiés et un jeune de 21 ans au sol incons­cient.


Procès
Compte rendu d’audience du 3 mai au au tri­bunal cor­rec­tionnel de Paris par Média­part : sur les 11 inter­pel­la­tions près de nation, quatre ont été clas­sées sans suite. Trois des inter­pellés étaient jugés tar­di­ve­ment en com­pa­ru­tion immé­diate. Des « cas­seurs » ? On a sur­tout vu des per­sonnes éba­hies de se retrouver devant un tri­bunal après 48 heures de garde à vue. Un père de famille qui s’est emporté après avoir été vic­time des forces de l’ordre. Un tren­te­naire curieux qui avait eu la mau­vaise idée de chausser des bas­kets rouges. Et un jeune homme de 18 ans, han­di­capé, com­pre­nant à peine les ques­tions du tri­bunal…


Rennes

La manif racontée par les Street Medics.