Lundi 13 juin

A l’approche de la mani­fes­ta­tion natio­nale à Paris le 14 juin, la pré­fec­ture sort le grand jeu

« Environ 130 per­sonnes », ori­gi­naires de toute la France, sont inter­dites de mani­fester mardi à Paris dans le cadre de la journée d’action natio­nale contre le projet de loi tra­vail. La mesure est « mas­sive » et « assez inha­bi­tuelle », a concédé le préfet de police de Paris, Michel Cadot, qui en a fait l’annonce ce lundi lors d’une confé­rence de presse. Les « arrêtés de paraître », qui inter­disent aux per­sonnes ciblées de cir­culer dans les VIIe, XIIIe et XVe arron­dis­se­ments pen­dant plu­sieurs heures, visent des per­sonnes « déjà inter­pel­lées » lors de pré­cé­dentes mani­fes­ta­tions. Celles-ci ont « fait l’objet d’un juge­ment ou d’une com­pa­ru­tion judi­ciaire dans l’attente d’un juge­ment à venir », a cer­tifié Michel Cadot. Qui indique que la pro­cé­dure se fait « dans l’application stricte de la juris­pru­dence du tri­bunal admi­nis­tratif de Paris », lequel avait retoqué le 17 mai 9 des 10 inter­dic­tions de mani­fester pro­non­cées par la pré­fec­ture de police. Michel Cadot espère que cette mesure per­mettra d’éviter « dégra­da­tions », « exac­tions » et « vio­lences » cau­sées par des « cas­seurs ».

Extrait de Libé­ra­tion.